top of page

EVOLUTION DES FINANCES DE LA COMMUNE DE VEYTAUX

- UN RECTIFICATIF BIENVENU -

Marge d’autofinancement

Dans son argumentaire en vue de la votation du 25 novembre 2018 - en faveur de l'examen d'une fusion avec Montreux - le comité d'initiative, évoquant la "marge d'autofinancement" comme une affaire rédhibitoire, agitait un chiffon rouge. Il la présentait comme constamment négative depuis 2011, laissant par là entrevoir son pari sur l'avenir, elle le resterait ad aeternam. Mais, comme l'atteste un regard honnête porté sur les comptes, dès 2018 les choses changent. On observe ainsi une marge d'autofinancement positive de 323'000.- fr. en 2018, négative de 55'000.- fr. en 2019 et positive en 2020 de 294'000.- fr.. En 2021, elle revient à 197'000.- fr., joli score aussi. Pour 2023, le budget ne prévoit qu'un très faible excédent le charges (33'745.- fr.) mais une marge d’autofinancement de 295'000.- fr.

Cela laisse-t-il augurer d'un exercice très bénéficiaire ? On verra, on sait les pronostics assez aléatoires en la matière.

 

Taxe sur les divertissements

Dans ce même argumentaire, il est fait mention d'un risque de perte de revenu de 300'000.- fr. sur la taxe des divertissements qui alimente notre budget. Cette allusion se rapportait au dépôt d'une motion d'un député montreusien au Grand Conseil déposée en 2018. Or cette motion a fort heureusement été refusée par le Grand Conseil.

 

Taux d’imposition

Il faut rappeler ici que la commune de Veytaux vient d'accepter une baisse de deux points de l'impôt sur le revenu et la fortune pour l'année 2023, le passant de 69,5 à 67,5. Veytaux se retrouve ainsi, avec Corseaux, au quatrième rang des 11 communes du district, un excellent score.

Quant à Montreux, son taux reste à 65%, mais il faut tenir compte d'un autre facteur. Il est utile d'établir maintenant une comparaison, tant les différences de fiscalité semblent obnubiler certains esprits. Le taux d'imposition cantonal étant de 155%, le total pour Veytaux s'établit ainsi à 222,5 % pour 2023 et à 220 pour Montreux, soit une différence de 2,5 points (1.1%) ! Cela représente très peu de choses, peut-être un repas, pour la personne qui paie 5'000.- fr. d'impôt - et 550.- fr. pour celle qui en paierait 50'000.- fr.. Précisons encore que plus de la moitié des contribuables ne paient pas d'impôt communal à Veytaux pour diverses raisons que nous reprendrons dans un prochain article.

 

Impôt sur les successions et donations

L'impôt perçu sur les successions et les donations en ligne directe descendante est de 0 centimes par franc perçu par l'Etat à Veytaux contre 80 c. à Montreux. Cette ville dépensière se targue d'une certaine richesse, qui attirerait certains voisins intéressés, mais elle le doit surtout à sa lourde imposition de la mort ! 

 

Collaborations intercommunales

Les questions de collaborations intercommunales sont définies par des conventions spécifiques, qui règlent le domaine des répartitions financières. Il serait opportun que notre commune évalue périodiquement le bien-fondé de ces engagements, dont certains, dans la durée, peuvent ne plus avoir la même raison d'être. En outre, du fait de la péréquation cantonale, qui définit un retour de péréquation plus élevé pour les grandes communes, il y aurait lieu aussi de revoir certains de ces accords, qui ne paraissent pas toujours équitables (par exemple CIEHL, Fonds culturel).

 

Conclusion

Au final, on retiendra que la lourdeur de l'imposition pour la classe moyenne, celle qui paie encore des impôts, est ici, à Veytaux, d'abord le poids de la fiscalité cantonale vaudoise, l'une des plus lourdes du pays. La fiscalité communale, quant à elle, se tient dans des normes tout à fait acceptables et ne justifie guère de remarque particulière. On notera pour terminer qu'un groupe de citoyens a récemment lancé une initiative intitulée "Baisse d'impôts pour tous", un soutien actif lui est nécessaire ! 

Peut-on décider d'une fusion de communes sur le seul critère fiscal, a fortiori quand il n'est pas vraiment pertinent ?!

 

bottom of page